Responsive image
 

Une voie antique de Quimper à Roscoff ?




Dernière mise à jour 2 janvier 2019

Une voie romaine de Carhaix à Roscoff ?

La voie romaine de Carhaix à l'Aber-Wrac'h passe par la croix de la Garenne, à 2km au sud-est du bourg de Guimiliau. A cet endroit, une branche s'en détache pour prendre la direction de Saint-Pol-de-Léon par Plouénan. D'après S. Le Pennec, cette branche est antique et rejoint Roscoff [1, p. 171]. L'itinéraire est remarquable. Sur 30km entre Guimiliau et Roscoff, il ne franchit pas un seul ruisseau. A 300m à l'est de l'église de Plouénan, il se fond dans la voie antique Morlaix-Roscoff. L'itinéraire passe à 1km à l'ouest de la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon.


Guimiliau, croix de la Garenne

Cependant, une remarque s'impose. A la croix de la Garenne, l'embranchement n'a pas un aspect antique. L'angle de l'embranchement est trop aigu et on franchit une vallée alors qu'il était facile de l'éviter. D'autre part, le cadastre de Guimiliau 1828 [2] montre que le parcellaire n'est aligné que sur la voie Carhaix-Aber-Wrac'h, pas sur la branche partant vers Roscoff. Les parcelles B2-843 et B2-844 semblent avoir été coupées. L'embranchement de la Garenne pourrait avoir été créé au Moyen-Age.


Guimiliau, embranchement de la croix de la Garenne

Une voie antique de Roscoff à Quimper ?

Si l'embranchement de la Garenne date du Moyen Age, il est également probable qu'on n'a pas créé à cette époque un chemin entre la Garenne et Plouénan. L'embranchement de la Garenne a dû être créé pour rejoindre une voie plus ancienne. Il se trouve qu'une telle voie apparaît au sud de Guimiliau. Elle suit une direction plein sud par Croaziou Kerven et Croaz Ruz (la croix rouge). Au niveau du bourg de Saint-Sauveur, alors qu'elle se dirige vers la vallée de Saint-Rivoal, elle se décale de 5km vers l'ouest avant de reprendre sa direction nord-sud. Elle passe par Kroas Kabelleg en Saint-Sauveur puis suit les actuelles D18 et D764. Près de Saint-Maudez, à 1500m à l'est du bourg de Sizun, d'après le cadastre de Sizun de 1812 section D1, elle devait quitter la D764, suivre une direction sud/sud-ouest, et passer l'Elorn au sud-ouest de Kerangoff où un gué est toujours visible. Près du gué, la parcelle E1-192 est appelée "Prat pont an denvet".


Sizun, Kerangoff. Passage piéton sur l'Elorn à 50m en amont du gué indiqué sur le cadastre de 1812

Après le franchissement de l'Elorn, le chemin rejoint la route de Sizun à Châteaulin près de Keréver (cadastre de 1812 section F2). On peut suivre le chemin primitif par Falzou Creiz, Quélennec, et Croaz-Oannec. A Ménez Meur en Hanvec, il se fond dans les voies antiques en provenance de Kerilien et Landerneau. Toutes ces voies continuent vers Quimper par Lopérec.

Il est probable que la voie antique Quimper-Kerilien n'a pas été construite en totalité à l'époque romaine. Elle a vraisemblablement réutilisé des voies existantes. Une voie pré-romaine pouvait relier Quimper à Ménez Meur. Au nord de Ménez Meur, on vient de mettre en évidence une continuation possible vers Roscoff. Ainsi, une voie pré-romaine Quimper-Roscoff pouvait exister. A l'époque romaine, on a pu l'utiliser pour créer les voies Quimper-Kerilien et Quimper-Landerneau.

Il reste à déterminer si la section entre Ménez Meur et Roscoff est antique. Au nord de Ménez Meur, le chemin suit la limite entre Hanvec et Sizun, ce qui est un indice d'antiquité non négligeable. Sur la commune de Saint-Sauveur, près de Quillivaron, les photos satellites semblent montrer des traces de voie antique.


Saint-Sauveur, Quillivaron. Trace de voie antique ?

Le problème se situe au gué de Kerangoff. Le chemin indiqué entre l'Elorn et Keréver dans le cadastre de 1812 n'a rien d'antique. Il rejoint perpendiculairement la route de Sizun. Sur le terrain, on ne trouve pas de trace de chemin plus ancien. On a donc une incertitude sur l'antiquité de cette section. Tout ce qu'on peut dire, c'est qu'on a un chemin d'apparence antique sur tout le parcours entre Ménez-Meur et Roscoff, à l'exception du franchissement de l'Elorn près de Kerangoff.

S'il n'y a pas de gué antique à Kerangoff, une autre solution est envisageable. R. Kerviler pensait qu'une branche se détachait de la voie Quimper-Brasparts-Morlaix pour rejoindre Roscoff par Guimiliau [3, p. 124]. S. Le Pennec est revenu sur la question en concluant que la section au nord de Guimiliau est parfaitement identifiable, que la jonction proposée par R. Kerviler pour rejoindre la voie Morlaix-Quimper est impossible, qu'on ne trouve pas de trace de jonction dans les cadastres du XIXe siècle, et que la seule solution était d'envisager une liaison antique Carhaix-Roscoff. [1, p. 171].

En fait, la voie présumée antique venant de Roscoff pourrait bien se raccorder à la voie Morlaix-Brasparts-Quimper. Elle décrit une large courbe vers le sud-ouest après Guimiliau. Cette courbe peut être le résultat d'une évolution au cours du Moyen Age. A l'origine, au sud de Croaz Ruz (Croix Rouge) en Saint-Sauveur, la voie pouvait continuer dans sa direction, ce qui la fait passer par Botrez en Saint-Sauveur, Kerouandal en Commana, puis Kervérous, Botlovan et Pen ar Quinquis. Cet itinéraire est bien visible dans le cadastre de 1812 de Commana. Il se raccorde parfaitement à la voie Morlaix-Brasparts-Quimper à 600m au sud-ouest de la Garenne.

Conclusion

On a envisagé une liaison Quimper-Roscoff par Ménez-Meur en Hanvec, puis Guimiliau et Plouénan. Cette liaison est apparue comme incertaine. En revanche, une branche se détachant de la voie Quimper-Brasparts-Morlaix pour rejoindre Roscoff semble plausible.

 

Y. Autret
Décembre 2018 - Janvier 2019

Références

  1. S. Le Pennec. Le réseau routier antique du Nord-Ouest du territoire osisme : les tracés et leur environnement humain. Thèse. Université de Rennes 2. 2000.
  2. Archives départementales du Finistère. Cadastre napoléonien. En ligne sur http://www.archives-finistere.fr/salle-de-lecture
  3. R. Kerviler. Étude critique sur la géographie de la presqu'île armoricaine au commencement et à la fin de l'occupation romaine. Impr. Prud'homme. 1874.