Responsive image
 

La voie antique de Quimperlé à Castennec (et Gouarec ?)




Dernière mise à jour 3 novembre 2018

De Quimperlé à Croëz en Du en Inguiniel

La voie de Castennec devait quitter Quimperlé en passant au nord du cimetière, puis suivre l'actuelle D22. A la Croix Rouge, elle entrait sur la commune d'Arzano. A Saint-Laurent elle prenait la direction du Moustoir et du Pont-du-Roc'h [1, p. 100]. Sur la commune de Plouay, l'itinéraire est plus incertain. Le double "S" pour franchir les vallées à proximité du Scorff est étrange. Il devait ensuite être proche de l'actuelle D2 jusqu'au bourg de Plouay. A l'est de Plouay, la voie est bien visible sur les photos aériennes IGN 1952 [2]. Elle passe au nord de Kerijean pour rejoindre Kerhuio puis Coetulaire avant d'entrer sur la commune d'Inguiniel. A Kerguiton (Kergulon dans le cadastre d'Inguiniel de 1843), la voie n'est plus visible sur les photos aériennes IGN 1952 mais elle l'est sur le cadastre de 1843. C'est le Chemin de Bubry à Plouay. Au sud-ouest de Croëz en Du, le cadastre montre que le dit "Chemin de Bubry" passe à travers le parcellaire et que la voie antique devait passer légèrement à l'est.

Au voisinage de Croëz en Du en Inguiniel

A Croëz en Du, la voie pouvait continuer plein nord ou bien bifurquer vers l'est. En effet, d'après le cadastre d'Inguiniel de 1843 [3], la voie pouvait longer le nord de la parcelle D2-374. Ensuite, une branche pouvait continuer vers l'est en suivant le nord de la parcelle D1-3, alors qu'une autre pouvait continuer plein nord en suivant l'ouest de la parcelle D1-1. Dans cette hypothèse, la branche nord est la plus ancienne. La branche est s'en détache pour rejoindre Bubry et Melrand en suivant un parcours confondu ou faiblement éloigné de l'actuelle D2.

Au voisinage de la Croix de Locmaria en Inguiniel

En suivant la branche nord après Croëz en Du, on arrive après 800m à la Croix de Locmaria. Le cadastre de 1853 d'Inguiniel montre cinq chemins qui convergent vers ce point. Le "Chemin de Plouay à Locmaria" vient de Croëz en Du, suit une direction nord-est jusqu'à la croix, puis vire à l'ouest pour rejoindre Locmaria. L'"Ancien chemin d'Hennebont à Guémené" passe par la croix en suivant une direction nord. Le chemin de Lochrist suit une direction est et relie les chapelles de Locmaria et de Lochrist distantes de 1km.

La chapelle de Locmaria a été construite dans la deuxième moitié du XVe siècle. La chapelle de Lochrist est un édifice du XVIIe siècle et la croix a été construite en 1671. D'après le cadastre de 1843, une voie ancienne sud-nord appelée "Chemin de Guémené à Hennebont" passe par Lochrist. Comme l"Ancien chemin d'Hennebont à Guémené" est parallèle à 1km à l'ouest, et passe près de Locmaria, on peut supposer qu'entre Hennebont et Guémené, un premier itinéraire a existé par Locmaria, puis qu'il a été modifié pour passer par Lochrist. La construction d'une chapelle à Lochrist a peut-être un lien avec la création du nouvel itinéraire. Le cadastre de 1843 montre également qu'à l'est de Lochrist il n'y a pas de véritable chemin, seulement un sentier appelé "Chemin de Bubry à Lochrist". Ce dernier passe à travers la parcelle B5-1219. A la parcelle B3-612/B3-619, en venant de Bubry, le chemin fait un virage brusque vers le nord-ouest pour contourner un ruisseau par le nord. Ce virage n'a pas de justification sauf si le chemin est postérieur au parcellaire. En partant de Bubry, quand on a construit le chemin, on a du suivre autant que possible le parcellaire. En arrivant à la parcelle B3-612, comme la ligne de parcellaire venait buter sur le ruisseau, le chemin l'a quittée pour passer entre les parcelles B3-611 et B3-620, puis contourner le ruisseau par le nord. A l'origine, les parcelles B3-611 et B3-620 devaient n'en former qu'une seule.

Ceci fragilise l'hypothèse d'une voie antique Quimperlé-Castennec passant par Lochrist (voir carte du réseau viaire SRA [4]). Un itinéraire antique passant à 1500m sud par Locunel et Kerihuel semble plus plausible. D'une part il est plus court, d'autre part il est plus facile parce qu'il évite les collines situées au nord-ouest de Bubry.

La voie Quimperlé-Castennec a réutilisé une voie plus ancienne

Si la voie antique Quimperlé-Castennec passe par Locunel et non pas par Lochrist, il est probable qu'elle se détache d'une voie plus ancienne continuant plein nord. En effet, si la voie Quimperlé-Castennec avait été entièrement construite à l'époque romaine, il est probable qu'elle n'aurait pas fait le détour de Croëz en Du. Ce détour peut indiquer qu'une voie plus ancienne devait exister.

Il y a deux possibilités à Croëz en Du. Soit la voie romaine Quimperlé-Castennec se détache d'une voie sud-nord plus ancienne pour rejoindre Castennec, soit elle se fond dans une voie qui vient du nord-ouest.

Une voie antique de Quimperlé à Gouarec ?

A Croëz en Du, la voie qui vient de Quimperlé pouvait continuer vers le nord. Après la Croix de Locmaria, on peut suivre sur le cadastre d'Inguiniel un chemin qui continue plein nord. Le chemin qui venait du grand site de l'Age du fer de Kerven Teignouse [5] devait s'y embrancher près de Locmaria, peut-être à 300m au nord-est. C'est un indice important pour confirmer qu'il existait près de Locmaria une voie sud-nord datant de l'Age du fer. Dans le cadastre d'Inguiniel de 1843, cette voie est appelée "Ancien chemin d'Hennebont à Guémené" (section C1), puis "Chemin d'Hennebont à Guémené" (section A5).

Sur la commune de Persquen, on continue de suivre le chemin sur le cadastre de 1842. Il est appelé "Ancien grand chemin d'Hennebont à Guémené" (sections D2 et D3). Il passe près de la chapelle Saint-Vincent puis par le Pénéty. Au sud-est du Château de Penvern à la Haye, il est appelé "Ancienne route de Plouay à Guémené" (section E4). Cette ancienne route qui passait par le bourg d'Inguiniel pour aller de Guémené à Hennebont a vraisemblablement succédé à une autre encore plus ancienne qui passait plus à l'est.

En continuant vers le nord, on peut la suivre dans le cadastre sous le même nom d'"Ancienne route de Plouay à Guémené" (section E2) puis sous le nom de "Ancienne route n°10 de Plouay à Guémené" (section A1 et A2). A partir de Tal er Ganquis, l'itinéraire devient incertain. Il pouvait se confondre avec la route actuelle ou passer à 200m à l'ouest. En arrivant sur la commune de Locmalo, il n'est pas certain que la voie rejoignait le centre de Guémené. Il est même probable qu'elle passait par Clos Coêtnouzic à 600m à l'est de Longueville. De là elle devait rejoindre la chapelle Saint-Gilles à 900m à l'est du centre de Guémené.

Au nord de la chapelle Saint-Gilles, on peut suivre sur le cadastre de Séglien de 1836 le "Grand chemin de Gouarec au Guémené" (section E3). Il suit l'actuelle D18 jusqu'à Lanhouellic, puis passe par Groëz Coët, la Croix du Roz, Saint-Félan, et à 1200m à l'ouest du bourg de Silfiac.

Le cadastre de Locmalo de 1841 mentionne également un "Ancien chemin de Séglien à Guémené" (section B2). Ainsi pour une éventuelle voie antique allant dans la direction de Gouarec, on peut aussi envisager un passage par le bourg de Séglien, puis à 300m à l'est du bourg de Silfiac,

Dans tous les cas, la voie arrive près du bourg de Perret. De là, elle pouvait se diviser, une branche franchissant le Blavet à Bon Repos, une autre le franchissant au sud-est du bourg de Gouarec [6] [7].

Une branche antique de Inzinzac à Gouarec ?

On vient de voir qu'une voie antique pouvait partir de Quimperlé et passer près de Gouarec. Dans les cadastres du XIXe siècle, elle est localement appelée "Ancien chemin de Hennebont à Guémené". Ceci nous amène à envisager l'existence d'une autre branche antique venant de Hennebont. Près de Locmaria en Inguiniel, une voie antique venant de Gouarec aurait pu se diviser, une branche partant vers Quimperlé, une autre vers Hennebont. La branche d'Hennebont pouvait passer par la chapelle Saint-Maurice en Inguiniel, Corn Garh en Du en Lanvaudan, à 500m à l'est du bourg de Lanvaudan, puis continuer vers Inzinzac.

Une autre voie antique nord-ouest/sud-est ?

Passant par Croëz en Du en Inguiniel, se dirigeant vers le nord-ouest, un autre chemin semble très ancien. Il passe à 1km au sud du bourg d'Inguiniel, puis près du bourg de Kernascléden, avant de se diriger, soit vers Plouray, soit vers Langonnet. Dans la direction de Plouray, on trouve les vestiges d'un ancien chemin dans un petit bois à 1300m au sud de la chapelle de Lochrist de Ploërdut.

Vers le sud-est, il pourrait se détacher de la route de Bubry près de Kergourio, peut-être pour rejoindre l'"Ancien chemin de Saint-Yves au passage de Talenné ou la Forêt" (cadastre de Bubry de 1843, section I4).

Ainsi, à l'époque romaine, à supposer que cette voie nord-ouest/sud-est et la voie Quimperlé-Gouarec avaient été créées à l'Age du fer, il n'y aurait eu que 10km de nouvelle voie à réaliser pour établir une liaison entre Castennec et Quimperlé.

Il est également possible qu'à l'Age du fer, la branche de Quimperlé n'existait pas, et qu'il n'y avait qu'une voie Gouarec-Inzinzac. Dans ce cas, la voie de Quimperlé à Castennec a été entièrement construite à l'époque romaine, sauf peut-être une petite section à l'ouest de Bubry qui pouvait appartenir à une voie nord-ouest/sud-est.

Conclusion

On voit apparaître une série de sections susceptibles d'être antiques. En schématisant, on obtient la liste suivante :

  • de Quimperlé à Inguiniel
  • de Inzinzac à Inguiniel
  • de Inguiniel à Castennec
  • de Inguiniel à Gouarec
  • de Gouarec à l'ouest de la Baie de Saint-Brieuc
  • de Gouarec à l'est de la Baie de Saint-Brieuc
  • de Langonnet ou Plouray à Bubry et au delà

Quand ces sections auront pu être datées avec certitude, on pourra dire si la voie antique Quimperlé-Castennec croisait une voie antique sud-nord passant près de Gouarec, ou si elle suivait l'une de ses branches entre Quimperlé et Inguiniel.

 

Y. Autret
Novembre 2018

Références

  1. P. Galliou. Carte archéologique de la Gaule Finistère. Maison des Sciences de l'Homme. 495 pages. Paris 2010.
  2. Photo aériennes IGN 1950-1965. En ligne sur http://remonterletemps.ign.fr/comparer/basic?x=-3.062940&y=48.070046&z=8&layer1=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.MAPS.SCAN-EXPRESS.STANDARD&layer2=ORTHOIMAGERY.ORTHOPHOTOS.1950-1965&mode=doubleMap
  3. Archives du Morbihan. Archives en ligne - Cadastre napoléonien. En ligne sur http://www.archives.morbihan.fr
  4. Carte du réseau viaire SRA GeoBretagne. Service régional de l'archéologie de Bretagne. Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne. En ligne sur https://geobretagne.fr/mapfishapp
  5. D. Tanguy. Kerven Teignouse : un habitat de l'âge du Fer. SRA 2016. RAP03224.pdf. En ligne sur http://bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr/items/show/3206
  6. La voie antique de Gouarec à Saint-Brieuc. En ligne sur http://voies-romaines-bretagne.com/vrom2/gouarec-st-brieuc.html
  7. La voie antique de Gouarec à Lamballe ou Erquy. En ligne sur http://voies-romaines-bretagne.com/vrom2/gouarec-lamballe.html