La voie romaine de Guérande à Rieux
C. Comte, mai 2013


Envoyer un commentaire




La voie romaine de Guérande à Rieux
C. Comte - Mai 2013

Résumé

La voie romaine de Guérande à Rieux par Saint-Lyphard est peut-être la première voie ouverte dans la presqu'île de Guérande par les Gallo-Romains. D'autres voies seront construites, l'une sur un ancien gué submersible à Petit-Arm (Assérac) sur l'estuaire du "Pont d'Arm", ainsi qu'une autre à travers les tourbières de Sarre-Pompas-Arbourg. Il faut noter de même que les marais et tourbières de l'estuaire de la Loire nécessitaient de multiples travaux hydrauliques pour réaliser une communication directe entre Guérande, Savenay et Nantes.

Si on regarde la localité de Saint-Lyphard sur une carte topographique, on voit qu'elle est située sur un plateau étroit qui relie la presqu'île de Guérande aux marges du Massif Armoricain qu'on appelle "Sillon de Bretagne". Ce bourg est situé entre le marais de la Grande Brière, les tourbières de Pompas et l'estuaire du "Pont d'Arm". La géographie primitive du vallon de Pont d'Arm devait être un vaste estuaire avec la marée pénétrant beaucoup plus loin qu'aujourd'hui, des rivières débordant à marée montante  () [1, p. 123].

Cette voie se connecte au reste du réseau des voies de Bretagne à la Ville Eléonore sur la voie Vannes-Nantes (commune d'Herbignac,44) et Vannes-Blain et remonte jusqu'à Rieux par le passage du Cran (56) pour se connecter aux voies se dirigeant vers le nord, l'est et l'ouest de la Bretagne à partir de Redon (35), voir la carte établie par Léon Maître en 1908 [7, p. 62-63] ().

Introduction

Au cours du XIXe siècle, l'évolution économique et démographique a conduit à de nombreux travaux routiers, au défrichement de terres non exploitées depuis le moyen-âge.

Les nouvelles routes nationales et départements plus droites évitant certains hameaux et petits bourgs redécouvrent des itinéraires antiques plus avantageux.

Le défrichement concerne parfois des terres impropres car occupées par des vestiges de constructions gallo-romaines ou de portions de voies antiques inutilisées.

Avant que les machines agricoles du XXe siècle ne viennent faire disparaitre toutes traces de ces voies, les archéologues du XIXe on mit par écrit et parfois sur plan des itinéraires antiques que leurs contemporains commençaient déjà à effacer.

La voie dans le département de Loire-Atlantique

Commune de Guérande

Au départ de la ville de Guérande, la voie se confond avec la D51 appelée anciennement le Pavé de Beaulieu [2, p. 258], ce nom est conservé dans celui d'une rue du bourg. La voie part du carrefour au sud du cimetière et emprunte l'avenue de Brière. A ce croisement, on y a trouvé les restes d'un carrefour ancien.

En continuant vers le nord, Léon Maître a reconnu des restes de pavages dans ses "banquettes". Cette voie était connue au XVIe siècle comme le Grand chemin de Guérande à la Madeleine [2, p. 258], bourg en limite de commune avec Saint-Lyphard.

A partir du lieu-dit Les Fraiches, la voie se détache de la D51 pour rejoindre le centre du bourg de la Madeleine. On peut alors suivre un chemin qui passe à l'est du Petit Poissevin, le Pont-Bihen, ensuite nous passons dans la commune de Saint-Lyphard.

Dans l'état actuel de mes recherches sur cette commune, je base mon itinéraire sur les indications fournies dans les documents précités et des plans cadastraux du XIXe portant des annotations de voies romaines au crayon rouge [3|4].

Commune de Saint-Lyphard

Au sud-ouest du bourg, à 850 m du lieu-dit Calvaire en suivant la D51 vers Guérande, au lieu-dit Pont d'Os (Pont d'Eau sur les cartes du XIXe [3]), la voie est mentionnée sur la carte IGN comme Voie Romaine. Elle se sépare peu après en deux, non loin du carrefour de la Croix Longue. La branche Ouest qui nous intéresse se dirige vers le hameau de Keralio, la branche Est se dirige vers Saint-André et Saint-Nazaire.

P. de L'Isle de Dreneuc décrit cette voie en 1883 [5, p. 90]. Il mentionne un retranchement à la bifurcation de Croix Longue, de nombreux débris au sud-ouest du bourg de la Madeleine (en limite avec Guérande). Au nord ouest de ce bourg, un lieu-dit Quatre Routes pourrait indiquer le carrefour avec une autre voie venant de Saint-André et menant à Montpignac (Commune de Saint-Molf) par le bourg de Bouzaire (Commune de Guérande) [3].

En se basant sur le plan cadastral annoté du XIXe siècle [3], la voie entre Pont Bihen au sud-ouest de la Madeleine (en limite avec Guérande) et Keralio au nord, la voie reste constamment à l'est de la D51 et passe entre la Cochette et Trénégat, au sud de Quatre Routes là où la D48 fait un coude au nord-ouest de l'église. Elle passe au dessus de Kervinche, entre les moulins de Kerverné, au milieu de Kerouguet et arrive à Keralio.

En se basant sur le plan cadastral annoté du XIXe siècle [4], la voie de Pont d'Os se dirige tout droit sur Kerjano faubourg de Saint-Lyphard en passant au dessus du lieu-dit Calvaire puis remonte jusqu'en limite de commune à Pigeon-Blanc sur la D83 en direction d'Arbourg. A partir de ce lieu-dit, un chemin file plein nord-nord-est vers le bourg d'Herbignac, voie indiquée comme Chemin Pavé sur la carte IGN. Elle passe entre les landes de Belle Vue et Marlais. Cette portion est mentionnée aussi par G. Blanchard en 1875 [6, p. 82].

Commune d'Herbignac

Si on suit la voie débutant à Pigeon-Blanc (en limite avec Saint-Lyphard), elle se continue jusqu'à la Baronnerie [5, p. 43], passe à l'est de la Gassun puis arrive à la croix des Forgettes [2, p. 258] sur la D774 au bout du chemin qui vient du château de Kerolivier.

En se basant sur le plan cadastral annoté du XIXe siècle [4], La traversée du bourg d'Herbignac s'effectue par les faubourgs ouest de Kerdebleu, Kerroland en suivant les croix de carrefour: la croix de Trevelec [5, p. 43] (Carrefour D33/Rue du Pont de Men) et une autre à Kerroland, puis les faubourgs nord par la Maladrie [2, p. 259|7, p. 87] et Kergas.

Au nord du bourg d'Herbignac sur la D774 en direction de La Roche-Bernard, P. de L'Isle mentionne une voie à Pont Duret [5, p. 41] se dirigeant ensuite à l'est vers Missillac (44) en passant par Villeneuve [2, p. 259|5, p. 41], le Sabot d'Or [5, p. 41]. A la Ville Eléonore, la voie croise celle de Nantes à Vannes venant du gué d'Arzal (56) puis se dirige vers Mouton-Blanc [2, p. 259].

P. de L'Isle mentionne le Bois-Marqué [5, p. 41] (sur la commune de Missillac) dans son itinéraire qui est aussi sur l'itinéraire de la voie Nantes-Vannes. Pourtant pour aller du Sabot d'Or à Mouton-Blanc, il est plus judicieux de passer par le Lany et Pont d'Orzon [8, p. 120].

Après Mouton-Blanc, la voie passe dans la commune de Nivillac (56).

Un embranchement vers le gué d'Arzal par la voie Nantes-Vannes est signalé depuis le bourg d'Herbignac à travers la commune de Férel (56). Je recherche des informations concernant ce point.

La voie dans le département du Morbihan

Commune de Nivillac

En suivant sensiblement la limite de département, la voie depuis Mouton Blanc en Herbignac (44) doit rejoindre en ligne droite le prieuré de Moutonnac [2, p. 259|7, p. 87] puis rentre dans la commune de Saint-Dolay.

Dans l'état actuel de mes recherches sur cette commune, je n'ai pas d'indications plus précises que celles fournies dans les documents précités.

Commune de Saint-Dolay & Rieux

Pas d'indications plus précises pour l'instant que celles fournies par Léon Maître : la voie passait "à Saint-Jean en Saint-Dolay, près du Temple, et aboutissait au passage de Cran. Elle porte dans les litres le nom de Grand-Chemin de Guérande à Cran" [2, p. 259].

Références

  1. Gustave Blanchard. "César sur les côtes Guérandaises". Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et Loire-Inférieure. vol. 22. pp. 119-171. 1883. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr.
  2. Léon Maître. "De l'emplacement de Grannona et des origines de Guérande". Annales de la Société Académique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure. vol. 10. no. 6. pp. 247-285. 1889. Document disponible sur http://archive.org.
  3. (1854) Plan cadastral des cantons de Guérande et du Croisic, arrondissement de Savenay. Fonds d'archives numérisées. Loire-Atlantique. (Planche XIX. 1854 Croisic (Le), Guérande 1 Fi Loire-Atlantique 17 / 29). Image disponible sur http://www.loire-atlantique.fr
  4. (1855) Plan cadastral du canton d'Herbignac arrondissement de Savenay. Fonds d'archives numérisées. Loire-Atlantique. (Planche XX. 1855 Herbignac 1 Fi Loire-Atlantique 17 / 31). Image disponible sur http://www.loire-atlantique.fr
  5. Pitre De L'Isle. "Dictionnaire Archéologique, 2nd partie". Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et Loire-Inférieure. vol. 22. pp. 38-118. 1883. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr.
  6. Gustave Blanchard. "Séance du 13 avril 1875". Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et Loire-Inférieure. vol. 14. pp. 81-83. 1875. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr.
  7. Léon Maître. "La Conquête de la Basse-Loire par le réseau des voies romaines". Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure. no. 49. pp. 69-98. 1908. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr.
  8. René Kerviler. "Note sur une villa gallo-romaine à Clis près Guérande". Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et Loire-Inférieure. vol. 14. pp. 115-121. 1875. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr.

Vos commentaires sont les bienvenus. Si vous avez des informations sur cette voie, merci de nous en faire part.

Cliquer ici pour envoyer un commentaire