La voie romaine de Guérande à Saint-Nazaire
C. Comte, juillet 2013


Envoyer un commentaire




Les voies romaines entre Guérande et Saint-Nazaire
C. Comte - Juillet 2013

Résumé

Pour aller de Guérande à Saint-Nazaire, on avait le choix entre rester un peu sur le plateau de Guérande et filer tout droit vers Saint-Nazaire. Ou descendre sur la côte, et suivre une voie tout aussi rectiligne. Ces deux voies se rejoignent dans Saint-Nazaire, l'une par le versant Nord donnant sur la Brière, l'autre au Sud donnant sur l'océan (). La voie sud, je la nommerai dans le reste de la page "Route de la côte". La voie nord que je nommerai "Route des terres" rencontre la voie romaine de Saint-Nazaire à Saint-Lyphard sur la commune de Saint-André, et la voie de Saint-Nazaire à Savenay au Cran Neuf sur la commune de Saint-Nazaire. Ces deux voies sont décrites par Léon Maître en 1889 [1, p. 259] (voir ).

Introduction

Avant l'arrivée des Romains, Saint-Nazaire est un peu isolée sur sa pointe entourée par les marais de la Brière, la Loire et l'Océan. Mais l'occupation humaine est pourtant ancienne car on y trouve de nombreux mégalithes [2, p. 92]. En bord de mer la récolte du sel est confirmée par l'archéologie [1, p. 266][3, p. 196]. La découverte de quelques pièces de monnaie d'or gauloises indiquent des échanges florissants déjà à cette époque [2, p. 106].

Mais ce lieu se trouve sur le plus court chemin entre Guérande et Nantes et les gallo-romains ne vont pas hésiter à franchir les marais de Brière et du nord de Loire en "sautant" d'île en île pour relier ces deux cités. L'agriculture va se développer sur la commune Saint-Nazaire comme en atteste les nombreux lieux-dits en Ville.

Si Saint-Nazaire ou Novio Dunum [4, p. 362], possède un retranchement qui surveille l'entrée de la Loire, le site ne représente pas être un vrai mouillage pour les bateaux de haute-mer même si l'anse que forme l'estran sablonneux de Penhoët devait être un port d'échouage. Mais en 1876 avec le grand dessein de Napoléon III de faire du site un grand port avancé de Nantes, le passé ressurgit. Le creusement du seconde bassin au lieu-dit Penhoët met à jour l'ancien lit du Brivet [5], large et profond ainsi que des vestiges de l'âge du Bronze [6]. Léon Maître y voit l'emporium de Corbilo prospère à l'âge du Bronze [4][7] (voir carte) qui se serait ensablé et envasé au cours du IIe siècle avant J.C [8].

La route des terres

Commune de Guérande

Léon Maître nous indique que la voie part de la Porte Saint-Michel et se dirige jusqu'à la Chapelle Saint-Michel [1, p. 260] qui est placée au milieu de la bifurcation des deux voies. Notre voie prend donc à gauche et porte toujours le nom de rue du Faubourg Saint-Michel. On la retrouve après dans la rue Brehany à l'Est de la D774, dite "Route Bleue". Elle passe dans la cour d'une entreprise, au nord du lotissement du Bissin et du lieu-dit Kerfas [1, p. 260]. Elle passe ensuite entre Cannevé et Le Blanc [1, p. 260]. Notez ici le chemin qui suit la limite de commune.

Commune de Saint-André-Des-Eaux

Depuis le lieu-dit Le Blanc, la voie rejoint le hameau d'Avrillac (nom masqué sur GéoPortail). La voie devait être un peu plus rectiligne que la route actuelle de Brangouré [1, p. 260], ensuite elle arrive à La Ville-Au-Jau. On perd sa trace après Trétras [1, p. 260], car elle se confond avec la D47.

Contrairement à la D213 dite "Route Bleue" qui reste constamment sur le plateau, notre voie près de Truchat atteint quasiment le niveau de la mer face au bassin de la Brière. Mais c'est le trajet le plus rectiligne qui a été retenu en priorité.

Commune de Saint-Nazaire

La D47 entre dans la commune par le quartier du Point du Jour. Au lieu-dit Cran Neuf, une bifurcation se dirige vers Pont-De-Méan et Savenay. Après ce carrefour, notre voie suit ou se confond avec la route Des Commandières, la route Des Bassins, la rue Jean Gutenberg. Au delà, on peut encore la suivre sur les cartes d'état major de 1820-1866 (Sur GéoPortail), elle passe par le Plessis [1, p. 260], ce qui correspond à la rue actuelle de Jules Guesde et la Ville-Aux-Fèves [1, p. 260] (même rue) pour aboutir au Prieuré [1, p. 260][9] qu'on peut situer le long de la rue actuelle de La Floride. Dans les titres la voie porte le nom de Grand Chemin Guérandais ou de Saint-Nazaire à Guérande [1, p. 260].

Un chemin devait mener du Prieuré à la pointe ou se trouvait la station de Novio Dunum, sentinelle face l'estuaire de la Loire où se trouve l'actuel quartier du Petit Maroc. Cette avancée entre la mer et la Loire était beaucoup grande qu'aujourd'hui, car les travaux de l'écluse du bassin à flots ont coupé la pointe en deux au XIXe siècle.

La bifurcation de Pont-De-Méan, depuis le carrefour du Cran, suit la D213 dite "Route Bleue" en restant au nord et passe donc par La Missaudière [1, p. 260] puis recoupe la D213 pour rejoindre la Butte de la Petite Savine [1, p. 260]. Entre ces deux points, la voie était très visible en 1889 car c'était une zone encore inondable au début de notre ère, les gallo-romain ont dû surélever la voie de 50cm [1, p. 260, note 1]. Son tracé est très visible sur le plan cadastral de 1854[10] où elle est encore appelée Voie Romaine, Ancienne Route de Guérande.

Petite incursion sur la commune de Trignac, la voie suit la rue de la Petite Savine, puis la rue De Saint-Nazaire, Léo Lagrange. Elle repasse dans la commune de Saint-Nazaire à la Croix de Méan pour suivre le Chemin de Bert jusqu'à l'ancien Pont de Méan [1, p. 260] sur le Brivet. Pour la suite suivre le tracé de la voie de Saint-Nazaire à Savenay.

La route de la côte

Commune de Guérande

La voie est commune avec la "route des terres" de la Porte Saint-Michel à la Chapelle Saint-Michel puis prend la bifurcation à droite. Elle suit la rue de la Porte Calon, de L'Île de Villeneuve, passé le grand rond-point suit ou se confond avec la D213 dite "Route bleue". Au droit du lotissement du Bissin au nord de Tromartin [1, p. 260] et d'une route qui mène à une chapelle au nord de la D213, la voie prend la pente vers le sud par la Pièce à Conan et descend de biais vers la côte. Elle passe au sud de Kerquessaud [1, p. 260] près d'un blockhaus de 1939-45 puis entre dans la commune de La Baule.

Commune de La Baule-Escoublac

Sur la cadastre de 1819 [11], la voie porte le nom de Grand Chemin de Guérande à Nantes. Elle suit dans cette commune la route de la Croix Moriau, puis de Kerquessaud, l'avenue Du Pondy puis de La Châtelaine en passant entre Quesquello et Tréméac [1, p. 260]. Elle suit l'avenue des Trois Fontaines puis le Chemin des Vignes. La voie bute alors sur la grande dune de la Baule qui a recouvert le bourg du Vieil Escoublac au XVIIIe siècle [12]. D'après les anciens, une voie pavée traversait le village  [1, p. 260, note 3]. A l'est de la grande dune, on retrouve la voie près de la route de la Ville-Halgand, elle suit l'avenue du Cuy [1, p. 260], du Clos Mady et Du Cléry puis entre dans la commune du Pornichet au Pont de Belloy.

Commune du Pornichet

Le Pont de Belloy est le point de passage le plus économique entre la dépression Des Champs Chevaliers et la petite colline de l'Île Baudry. Plus au sud, les ancien marais salants d'Ermur à l'emplacement du champ de course isolait Pornichet sur sa pointe jusqu'en 1899.

La voie se poursuit dans cette commune par le Chemin d'Escoublac, la route De La Fontaine La Nue puis passe au Nord de la route de Beauchamp, rejoint le Chemin des Venelles en dessous de la Ville-Chaussée  [1, p. 260] et la Ville-es-Blais, tangente la route du Haut Bignon Joli  [1, p. 260] puis entre dans la commune de Saint-Nazaire.

Commune de Saint-Nazaire

En se basant sur le plan cadastral annoté du XIXe siècle [10], depuis le Bignon Joli, la voie principale rejoint la D92 au rond-point des Six Chemins et se confond avec elle jusqu'au grand rond-point d'Océanis, lieu-dit appelé l'Etoile du Matin. La D92 serait elle-même l'ancien Chemin de Pornichet à Saint-Nazaire [1, p. 261], plus d'information prochainement sur ce point. De même je recherche des information sur une "Basse Voie" qui partirait de la "Vecquerie" et suivrait la "Route de Saint-Marc" actuelle.

Reprenons notre voie qui suit ensuite la rue de La Vecquerie, passe au Grand-Gavy, rejoint la route de Côte d'Amour, puis la rue de Pornichet. On perd sa trace au carrefour de Sautron mais elle rejoint peut-être le carrefour du Prieuré. Au delà de Sautron, sur le cadastre de 1829 [13], on voit un pont de La Fosse qui se trouve sur la rue actuelle de Pornichet. Cette rue passe au sud du Parc Paysager qui est l'ancien Grand Marais comblé avec les ruines des bombardements de 1945.

Références

  1. Léon Maître. "De l'emplacement de Grannona et des origines de Guérande". Annales de la Société Académique de Nantes et du département de la Loire-Infèrieure. vol. 10. no. 6. pp. 247-285. 1889. Document disponible sur http://archive.org
  2. Pitre De L'Isle. "Dictionnaire Archéologique, Arrondissement de Saint-Nazaire, 2nd partie". Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et Loire-Infèrieure. vol. 22. pp. 38-118. 1883. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr
  3. Henri Quilgars. "La question des augets de terre découverts sur les côtes de la Bretagne armoricaine". Bulletin de la Société Polymatique du Morbihan. vol. 10. no. 6. pp. 191-325. 1902. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr
  4. Léon Maître. "Question De Géographie Ancienne". Annales de la Société Académique de Nantes et du département de la Loire-Infèrieure. vol. 1. no. 7. pp. 349-375. 1890. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr
  5. René Kerviler. "L'Age De Bronze Et Les Gallo-Romains à Saint-Nazaire-Sur-Loire". Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et Loire-Infèrieure. vol. 15. pp. 287-316. 1876. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr
  6. Michelle Vieau. "Etudes du matériel archéologique du bassin de Penhoët". Etudes préhistoriques et protohistoriques des Pays de Loire. vol. 6. 1982
  7. Léon Maître. "De l'emplacement de Corbilon et des origines de St-Nazaire". Les villes disparues de la Loire-Inférieure. vol. I. pp. 87-118. 1893. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr
  8. Edouard Kersabiec. "Corbilon - 1ère partie". Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et Loire-Infèrieure. vol. 8. pp. 53-88, 173-238, 281-306. 1868. Document disponible sur http://gallica.bnf.fr
  9. (1829) Saint-Nazaire Cadastre ancien. Fonds d'archives numérisées. Loire-Atlantique. (Cadastre ancien C2 Ville (section de)). Image disponible sur http://www.loire-atlantique.fr
  10. (1854) Plan cadastral des cantons de Saint-Nazaire et Guérande. Fonds d'archives numérisées. Loire-Atlantique. (s.d. [1854] Guérande Saint-Nazaire 1 Fi Loire-Atlantique 15 / 38). Image disponible sur http://www.loire-atlantique.fr
  11. (1819) Baule-Escoublac (La) Cadastre ancien. Fonds d'archives numérisées. Loire-Atlantique. (Cadastre ancien A1 Kerdurand (section de)). Image disponible sur http://www.loire-atlantique.fr
  12. (1786) Escoublac : plan de la vieille ville. Fonds d'archives numérisées. Loire-Atlantique. (s.d. [après 1786] Baule-Escoublac (La) 1 Fi La Baule). Image disponible sur http://www.loire-atlantique.fr
  13. (1829) Saint-Nazaire Cadastre ancien. Fonds d'archives numérisées. Loire-Atlantique. (Cadastre ancien D3 Sable (section de)). Image disponible sur http://www.loire-atlantique.fr

Vos commentaires sont les bienvenus. Si vous avez des informations sur cette voie, merci de nous en faire part.

Cliquer ici pour envoyer un commentaire